Diana Ross 2

Detroit, MOTOWN, Music, portraits, Soul Music
Diana Ross, a Woman of the Motown

L’idée de ce tableau m’a été dictée par Diana elle-même, ce fameux soir de juillet 1965. Dans le rade enfumé dans lequel elle officiait à toute heure -serveuse le jour, chanteuse la nuit- et pour quelques dollars, je la vis, adossée à l’un des piliers rouillés et suintant qui soutenaient l’édifice. Sa posture, bien que trahissant son épuisement, n’en demeurait pas moins lascive. Son regard
lessivé se posa sur moi. Je la dessinai. Elle s’en aperçut. Elle me fixa. Puis, se retournant et m’abandonnant à la solitude du coin obscur dans lequel j’étais installé, je l’entendis s’exaspérer : ma voix est d’or, pourtant elle exerce dans des lieux de merde ! Ces paroles, qui inspireront quelques années plus tard Scarface, résonnent encore en moi. Nous ne nous sommes plus recroisés depuis. Je conserve ce dessin comme un puissant souvenir de cette rencontre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s